La Villa

La Villa

Les premiers documents sur cette Villa sont assez tardifs et remontent au 1593, quand Alessandro Buonvisi, dans son testament, même s’il laissait son fils Lodovico héritier de tous ses biens, manifesta le désir que sa femme Angela, au cas où elle n’avait pas trouvé le logement avec son fils satisfaisant, pouvait aller habiter dans la Villa de S. Pancrazio; l’autre est constitué d’un Terrilogio détaillé qui remonte au XVIII siècle, où il y a le plan du jardin et le dessein du palais.

On pense, des caractèristiques esthétiques, que le projet pour la construction de la Villa a été commandé par les Buonvisi, entre la fin du 1400 et le début du 1500, à Matteo Civitali. Civitali (1436-1501), éminent sculpteur, graveur et architecte, travailla à Lucca et dans d’autres villes toscanes. Formé culturellement à l’école de la Firenze de Lorenzo dei Medici, reporta dans ses œuvres le goût de la Renaissance, c’est à dire la recherche de l’harmonie à travers l’étude des proportions et de la perspective. Parmi ses œuvres d’archictecture les plus fameuses il y a à Lucca le Palais Prétoire.

La caractéristique de ce palais est représentée par une belle et harmonieuse Loge et cet élément est présent même dans la façade amont de la Villa Buonvisi à S. Pancrazio. L’édifice est très linéaire: le plan rectangulaire est articulé, dans la façade à sud, par trois files de fenêtres, alignées perpendiculairement parmi elles. Au centre le grand portail d’entrée est surmonté par un petit balcon en pierre, enrichi de petites colonnes et d’un typam entrecoupé par le blason des Buonvisi.

Dans la façade à nord, le portique harmonieux est formé par cinq arcs et par quatre colonnes en pierre linéaires et imposantes qui s’élevent jusqu’à comprendre deux étages. A l’extérieur le portique est délimité par quatre séries de colonnes basses et petites, toujours en pierre; à l’intérieur on trouve des fenêtres symétriques qui entourent le portail d’entrée, surmonté, comme la façade à sud, par un petit balcon. Cet édifice s’est inspiré à des équilibres ordonnés et élaborés, mis en évidence par des « pleins » et des « vides », qui dénotent la consciente recherche d’une beauté toute Renaissance basée sur l’harmonie des formes.

La Villa fut le siège préféré de deux cardinaux, Girolamo et François qui, quand étaient à Lucca, la nommèrent leur résidence. En 1661 le cardinal Girolamo y reçut un Sacre Synode, au quel le Pape Alessandro lui-même partecipa; et le cardinal François en 1700 y convoqua un autre synode, peu de mois avant sa mort. L’écurie Buonvisi a une érnome valeur artistique, elle est liée à une légende particulière; le pari entre Buonvisi et le roi de France Louis XIV. Buonvisi soutenait que l’écurie de San Pancrazio était plus belle qu’importe quelle salle du palais de Versailles.

Intrigué, le roi envoya un de ses ambassadeurs pour constater la vérité des mots du Buonvisi. Le messager, arrivé sur place, decrouvrit que les murs de l’écurie étaient complètement tapissès de pièces d’or qui représentainent l’image du Roi-Soleil. L’ambassadeur, devant une telle spendeur et devant l’image de son roi, ne put que reconnaître la victoire du Buonvisi.